Définition : Limite, qui naturellement, détermine l’étendue d’un territoire ou qui, par convention, sépare deux Etats.
Source : centre national de ressources textuelles et lexicales

Une frontière désincarnée

Une ligne, une perspective, un sentiment d’infinité dans l’espace visuel « googlelien ». Un paysage flanqué d’une séparation verticale et horizontale coupé en deux : un mur, des barbelés. Or, l’une des particularités de notre monde globalisé est à l’évidence l’absence de frontière. La circulation des flux commerciaux et même les délocalisations n’ont plus aucune démarcation territoriale et ignore les déplacements des populations provoqués pas l’absence de limites de l’économie mondiale. D’un côté des murs qui s’érigent dans le paysage évacuant les fractures géopolitiques et stratégiques du monde, de l’autre des lignes de séparations qui s’effacent au profit de la mondialisation.
Georges Perec écrivait en 1974, les frontières sont des lignes. Des millions d’hommes sont morts à cause de ces lignes. Des millions d’hommes sont morts parce qu’ils ne sont pas parvenus à les franchir : la survie passait alors par le franchissement d’une simple rivière, d’une petite colline, d’une forêt tranquille, […] et d’une mer tourmentée pourrait-on rajouter !
Loin de l’agitation insoutenable qui provoque le repli de nos Etats, ces paysages désincarnés sont tout simplement la représentation inquiétante d’un monde qui ne se préoccupe plus du sort des hommes. Une terre sans hommes pourrait-on dire.

A voir : le travail sur les frontières de Valerio Vincenzo et dans la rubrique We Other

frontiere

Pour aller plus loin : Image Atlas